*

Jeudi 15 octobre 20 h 21 h HA
Bande-annonce

UN WEBDOCUMENTAIRE SUR
UN SYSTÈME D’ÉCOLE ALTERNATIVE

Saviez-vous qu’il existe dans certaines
régions du Québec un modèle d’école alternatif
centré sur l’apprentissage concret d’un métier?

Ce modèle, c’est la Maison Familiale Rurale (MFR).
Les MFR existent depuis près de 20 ans au Québec
mais elles sont peu connues du grand public.

Comment fonctionnent réellement ces écoles?
Sont-elles un « remède miracle » à certains
problèmes liés au système d’éducation?
Les jeunes y réussissent-ils mieux qu’ailleurs?

Rencontre avec le fondateur
de la première MFR québécoise
à Saint-Romain, en Estrie.

ANDRÉ CAMPEAU

Les MFR du Québec sont inspirées d’une initiative française.

On compte présentement trois
MFR en activité au Québec.

Les premières MFR ont été créées pour
répondre à la pénurie de relève agricole
et pour lutter contre l’exode rural.

Au Québec,
trois fermes sur quatre
n’ont pas de successeurs.
Proportion
d’agriculteurs de
moins de 40 ans.
Proportion d’agriculteurs qui
créent une nouvelle exploitation.
Les autres reprennent la ferme familiale.

Les MFR ont profondément changé
la vie de plusieurs Québécois.

Certains jeunes qui ne se reconnaissaient pas
dans le système scolaire ou qui avaient
des difficultés importantes à l’école
ont trouvé leur vocation dans une MFR.

Ces jeunes qui ont réussi à la MFR irriguent
maintenant l’économie de plusieurs régions.

Un exemple éclatant :
le parcours unique de l’entrepreneur Étienne Lessard,
qui a terminé son secondaire à la MFR du Granit, en Estrie.

Étienne Lessard

Au Québec, 15% des jeunes de 19 ans
ont quitté l’école sans obtenir
de diplôme d’études secondaires.

Les MFR aident les jeunes décrocheurs
à renouer avec le système scolaire.

Proportion d’élèves qui ont fréquenté
une MFR et qui ont obtenu un
diplôme d’études professionnelles.
Proportion d’élèves
qui poursuivent
des études collégiales.
Proportion des jeunes de la MFR
du Fjord qui ont trouvé un emploi à
temps plein en sortant de leur formation.

François Chalifour, de la MFR de Maskinongé,
est très fier des finissants qui sont passés par son école.

François Chalifour

Mais comment
fonctionne
réellement
une MFR?

Une pédagogie
de l’alternance

Deux semaines
de formation théorique

  • › À la MFR
  • › Les jeunes suivent la formation générale secondaire
    dans des classes adaptées avec un petit nombre
    d’élèves et un enseignement personnalisé.

Deux semaines
en stage

  • › Chez le maître de stage
  • › Les jeunes assistent le maître de stage dans ses tâches
    quotidiennes et apprennent le métier sur le terrain.

Un apprentissage
appliqué aux métiers

La MFR du KRTB à Saint-Clément, dans le Bas-Saint-Laurent,
nous a ouvert ses portes pour une journée.

L’équipe de la MFR vante les bienfaits d’une pédagogie
concrète, personnalisée et axée sur les besoins des jeunes.

LA MFR DU KRTB

Le Québec rural ne se résume pas
à l’activité agricole.

Proportion des ruraux
travaillant dans le secteur agricole.

C’est pourquoi les MFR proposent 13 formations au Québec qui répondent au besoin de main-d’œuvre des différents secteurs d’activité.

Malgré leurs beaux succès, les MFR
ne sont pas une solution miracle à tous
les problèmes du monde de l’éducation.

Implanter et faire fonctionner une MFR
dans une région du Québec n’est
ni simple ni de tout de repos.

Plusieurs MFR ont dû fermer leurs portes
au cours des dernières années.

François Chalifour a vécu la fermeture
de la MFR de Maskinongé.

François Chalifour

Le système des MFR repose sur un équilibre fragile entre plusieurs acteurs :

Les MFR renforcent la cohésion des milieux
ruraux et bénéficient, selon Étienne Lessard,
à tous les partenaires.

Étienne Lessard

Grâce à une connaissance des besoins des jeunes
et des milieux où elles s’implantent, les MFR apportent
une solution intéressante et innovante au problème
du décrochage scolaire et de l’exode rural.

Elles offrent le modèle d’une éducation
impliquée dans la communauté.